À CANCER ÉGAL,
COMBAT ÉGAL

Je m'appelle Andrée-Ann, j'ai 33 ans et je suis rémission d'une Leucémie Myeloïde Aïgue

Mon histoire

Je viens d’une petite banlieue de Lévis/Québec. J’ai grandie parmi des chevaux et des vaches, un vrai ti-gars manqué.

Je suis une étudiante de 3 ème année en psychoéducation. Je suis co-fondatrice d’un organisme qui vient en aide à des victimes d’actes criminelles vivant avec un trouble du stress post-traumatique. Je bénéficie d’ailleurs de notre tout premier chien d’assistance. C’est elle sur ma photo de profil. Je suis une athlète accomplie et émérite. Je cours des marathons, de nages plusieurs fois par semaine, je fais du skis de fond, de la raquette de la danse classique. J’aime toutes les saisons car elles ont chacun un sport que j’aime.

J’ai reçu mon diagnostic le 20 mars 2018. C’est tombé comme une bombe dans ma vie. Je me suis rendu un dimanche 18 mars à une clinique sans rendez-vous, peut-être une mono? Peut-être un strepto. Je me sentais moche depuis plusieurs jours à l’université et je trainais une grippe depuis le début du mois de décembre. Depuis ce jour, tout a déboulé. On m’a transféré en hémato-oncologie le jour-même, le lendemain j’avais une ponction de la moelle osseuse, le 20 mars on confirmait le diagnostic. Mes jours étaient comptés, ma leucémie était agressive et trainait depuis longtemps. On a posé mon cathéter ce jour-là. J’avais de beaux grand cheveux blonds dont j’étais tellement fière. Le lendemain on les a coupé pour Leucan et je les aie rasés. La seule chose sur laquelle j’avais du contrôle, c’est le moment ou mes cheveux allaient tomber et c’était la seule façon de donner un sens à quelque chose qui n’en avait pas. En après-midi, on commençait ma chimiothérapie (induction) et tout ce qui venait avec.

Rapidement, en avril, on a parlé de greffe. Mon frère s’est avéré être totalement incompatible avec moi (je suis surement adoptée… c’est la joke que j’ai fait), puis en mai 2 donneurs potentiels ont été testés et sont revenus incompatibles… L’équipe s’est tourné vers un sang de cordon à vitesse grand V car chaque chimio m’apportait des complications importantes allant jusqu’à des séjours aux soins intensifs. Finalement pendant ma 5 ème consolidation, l’équipe trouve deux cordons parfaitement compatibles.

Le 6 aout j’arrive a l’unité des greffés de moelle osseuse de Québec. J’ai hâte, j’ai peur, je suis triste et contente tout ça mélangé. D’abord une série d’examen, puis la chimio préparatoire. Je tolère bien… Puis les ATG, je pensais crever, je n’en voulais plus de ma greffe a ce prix là, mais il état trop tard pour reculer et tout le personnel m’a beaucoup soutenu ces 4 jours là. Une chance. J’ai reçu mon sang de cordon le 15 aout 2018 à 13h30 très précis. La procédure s’est bien déroulée et depuis lui et moi on est des potes.

Actuellement, je suis entrain de sevrer mes immunosupresseurs. Ça se passe bien. Mes analyses sanguines s’améliorent et mon cordon produit toutes les cellules que j’ai besoin seul. La remonté est difficile et lente avec un cordon. Il faut être patient. “Pis Andrée-Ann qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui.” “Des cellules….” En ce moment je suis un peu perdue… Je ne sais pas si je veux retourner en psychoéducation, je ne sais pas si je veux continuer de m’impliquer dans mon organisme. Mes cheveux repoussent presque noirs et je trouve ça difficile de ne pas me reconnaitre dans un miroir, je trouve ça difficile de ne pas profiter mon hiver et je réalise l’ampleur de la montagne a gravir. Je doute beaucoup, de tout… Mais je vais le faire quand même, un coup de patte à la fois s’il le faut, une cellule à la fois et je ne prendrai pas de décisions à court terme concernant ma carrière ou mon avenir… je vais sur laisser aller un peu.

Je sais que mon cordon vient d’un petit américain qui a maintenant 4 ans. Je pense à cette maman et cet enfant tous les jours. Même si la période actuelle est très difficile, je suis reconnaissante de la chance qu’ils m’ont offert. Je sais qu’un jour, quand je serai prête, je vais pouvoir en profiter d’avantage.

Mises à jour

Aucune activité n'a été trouvée. Utilisez un autre filtre de recherche.

Illustration du profil de Andrée-Ann Blais
Date de naissance

septembre 7, 1985

Origine ethnique Pourquoi est-ce important?

À cause de l’ADN.
Les meilleurs donneurs sont habituellement ceux qui partagent le même patrimoine génétique que le patient. C’est la seule situation dans le monde où on peut dire que la race importe vraiment.

Canada

Pays

Canada

Status

Survivant

Diagnosis date

il y a 11 mois et 1 semaine

Date de greffe

2018-08-15

Maladie

Leucémie myéloïde aïgue (greffe de cordon)

Partager